Thème 4: Améliorer les résultats des JEUNES AUTOCHTONES

Les peuples autochtones doivent faire face à plusieurs obstacles qui les empêchent d’accéder à des logements sécuritaires, abordables et adéquats. Stewart et d’autres chercheurs2 ont identifié une variété d’obstacles au logement, dont «la pauvreté, manque d’accès à des services sociaux et logements adaptés aux particularités culturelles, difficultés d’alphabétisation, discrimination, toxicomanies, problèmes de santé mentale et traumatisme intergénérationnel causé par les pensionnats et le système de la protection de l’enfance. Le racisme systémique affecte l’accès aux logements et aux soutiens.»

La Définition de l’itinérance autochtone au Canada fait valoir que pour les peuples autochtones, l’itinérance signifie bien plus que l’absence d’un logement et est plutôt une question de destruction de la valeur culturelle et pratique de «tous mes frères et sœurs» (connexion et unité avec toutes choses, y compris la culture, la terre et les gens), et plus important encore, la séparation de «leurs relations avec la terre, l’eau, leur région, leur famille, leurs semblables, les autres, les animaux, leurs cultures, leurs langues et leurs identités.» Pour les jeunes Autochtones, les solutions à l’itinérance comprennent plus que l’accès au logement et devraient nécessairement inclure le soin du bien-être, la connexion et la guérison culturelle.

CdD est engagée à inclure les besoins et les questions autochtones dans leur œuvre et à aborder ce thème de manière holistique dans tous les projets CdD, menés par des chercheurs autochtones avec le soutien de nombreux partenaires communautaires autochtones aux niveaux local, régional et national.

Sous-thèmes de recherche

4.1 Soutiens sur réserve pour les jeunes Autochtones qui risquent l’itinérance

Nous savons que l’histoire de la colonisation a eu un impact négatif sur les collectivités de bon nombre de réserves : logements médiocres et inadéquats, pauvreté extrême, accès limité aux ressources importantes dont l’eau potable, une éducation inadéquate et des possibilités d’emploi limitées. Ce sous-thème de recherche explore des façons efficaces d’améliorer les soutiens familiaux et naturels présents sur les réserves (et de réduire l’appréhension par les autorités du système de la protection de l’enfance), élabore des voies nouvelles pour l’éducation et aborde la santé mentale et les toxicomanies par l’entremise de la guérison.

4.2 Soutien de meilleures transitions des collectivités rurales et éloignées vers le milieu urbain

En raison des conditions susmentionnées, il n’est pas rare que les jeunes Autochtones qui vivent sur les réserves ou dans les collectivités du Nord migrent vers des régions urbaines en espérant pouvoir obtenir une éducation et trouver de meilleures possibilités économiques et la prospérité2. Il peut être difficile de s’adapter à un environnement urbain si l’on doit faire face au racisme, au stigmate et à une éducation inadéquate, ce qui défavorise les jeunes Autochtones lorsqu’ils cherchent un emploi ou un logement sur un marché qui est déjà difficile. Ce sous-thème examine le besoin de services et soutiens qui engagent les jeunes Autochtones et favorisent la connexion et la guérison culturelle.

4.3 Reconnaissance et engagement culturel à l’aide des systèmes de connaissance des Autochtones

Le colonialisme, le traumatisme intergénérationnel et la séparation de la famille et de la communauté peuvent donner aux jeunes Autochtones un sentiment de dislocation et d’isolement de leur culture et de leurs systèmes de connaissances, un état qui peut être exacerbé par l’itinérance. L’engagement avec la culture, les collectivités et les pratiques autochtones est important dans l’atteinte de la guérison chez les jeunes Autochtones. Notre recherche se concentrera sur la façon d’accomplir un travail plus efficace dans ce domaine.

4.4 Mise en œuvre des recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada en vue de l’itinérance chez les jeunes

Après avoir documenté pendant six ans l’histoire et les répercussions des pensionnats sur les peuples autochtones, la Commission de vérité et réconciliation du Canada a conclu que le système des pensionnats revenait à un génocide culturel. Quatre-vingt-quatre Appels à l’action ont été inclus dans le rapport final sur la réconciliation entre les Canadiens et les peuples autochtones. Le devoir de ceux qui soutiennent l’élimination de l’itinérance chez les jeunes est de rendre la vérité et la réconciliation réelles et tangibles en répondant aux Appels à l’action. Ce thème explorera ces possibilités, y compris le rôle des jeunes Autochtones, tout en garantissant que les travaux effectués dans le cadre de tous les thèmes sont accomplis conformément aux Appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation.